Ne rien préférer à l’amour du Christ "
Toggle Menu

Devenir Oblat

Moniales bénédictines

Avec Dom Prosper Guéranger...

Saint Suaire de Turin

Zita de Habsbourg, dernière Impératrice d'Autriche
Oblate bénédictine
1916-1989

Chant grégorien

Psautier
monastique I

Psautier
monastique II

Psautier
monastique III

Office des lectures
pour l'année

 

Benedictine
Oblates

________

OBLATS / OBLATES

Nom d'utilisateur



Prière pour s’abandonner au Sacré-Cœur de Jésus

Pourquoi juin est-il le mois du Sacré-Cœur ?

Marie prototype de l'Église (Cardinal Journet, † 1975)

Quand on dit que Marie est le prototype de l'Église, on veut dire que Marie est, dans l'Église, plus Mère que l'Église, plus Épouse que l'Église, et, par exemption du péché originel, plus Vierge que l'Église.

On veut dire que Marie est Mère, qu’elle est Épouse, qu'elle est Vierge, avant l'Église et pour l'Église ; que c'est en elle surtout et par elle que l'Église est Mère, est Épouse, est Vierge.

C'est par un élan mystérieux qui vient de Marie, c'est par une excellence mystérieuse qui se diffuse à partir de Marie, que l'Église peut être, à son tour, si vraiment Mère, si vraiment Épouse, si vraiment Vierge.

Dans l'ordre des grandeurs de sainteté, qui sont les grandeurs suprêmes, Marie est, autour du Christ, comme la première onde de l'Église, génératrice de toutes les autres, jusqu'à la fin du temps.

Quand nous disons que l’Église est mariale, nous voulons signaler que Marie est intériorisée dans l'Église, à qui elle communique son esprit...

Cardinal Journet : L'Eglise du Verbe Incarné, Essai de Théologie spéculative.

Tomes II, Paris, Desclée de Brouwer, 1951, p. 427-428 et 432

   À méditer ...

Vous avez été aimé avant d’être aimé…

Ô très cher Père, quel est le cœur assez dur, assez obstiné pour ne pas s'attendrir s'il regarde l'amour que lui porte la Bonté divine. Aimez, aimez, pensez que vous avez été aimé avant d'être aimé. Car Dieu en regardant en lui-même, s'est passionné pour la beauté de sa créature, et il l'a faite, poussé par l'ardeur de son ineffable charité, uniquement pour qu'elle ait la vie éternelle et qu'elle jouisse du bonheur infini dont Il jouissait en lui-même.

Ô amour ineffable ! que vous avez bien prouvé cet amour ! L'homme, en perdant la grâce par le péché mortel, par la désobéissance commise contre vous, Seigneur, n'en a pas été privé. Considérez, mon Père, par quel moyen la clémence du Saint-Esprit a rétabli la grâce dans l'homme ; voyez comment la grandeur suprême de Dieu a revêtu l'esclavage de notre humanité avec un tel abaissement, avec une humilité si profonde, que tout notre orgueil doit en être confondu. Que les fils insensés d'Adam rougissent donc de voir Dieu humilié jusqu'à l'homme, comme si l'homme était maître de Dieu, et non pas Dieu maître de l'homme ; car l'homme n'est rien par lui-même ; tout ce qu'il a, Dieu le lui a donné par grâce et non par obligation. (…)

Oui, mon Père, pour l'amour de Dieu, augmentez le feu de votre désir en voulant donner votre vie pour Jésus crucifié, votre sang pour amour de son sang. Oh ! combien serait heureuse votre âme, et la mienne aussi, qui aime tant votre salut, si je vous voyais donner votre vie pour le nom du doux et bon Jésus. Je prie la souveraine et éternelle Bonté de nous rendre dignes du bonheur de lui sacrifier notre vie. Courez donc généreusement accomplir de grandes choses pour Dieu. (…) Répondez à la voix et à la clémence du Saint-Esprit, qui vous appelle si doucement.

Sainte Catherine de Sienne (1347-1380)

tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe

Lettre 74 à messire Barnabé Visconti, n° 191 (trad. Cartier, Téqui, 1976, tome 1, p. 523-524.531 ; rev.)

Ce prodigieux mystère de l'Eucharistie

Lorsque tu dois t'approcher de la table du céleste banquet, « examine-toi toi-même », selon le conseil de l'Apôtre (1 Co 11, 28). Examine soigneusement avec quelle foi tu t'approches. (...) Vois d'abord quelle foi tu dois avoir à la vérité et à la nature de ce Sacrement de l'Eucharistie. Tu dois croire avec fermeté et sans aucun doute ce qu'enseigne et proclame la foi catholique : au moment où sont prononcées les paroles du Christ, le pain matériel et visible rend en quelque sorte hommage au Créateur et fait place, sous l'apparence visible des accidents, au Pain vivant qui descend du ciel pour le ministère et le service sacramentel. Le pain matériel cesse d'exister et, au même instant, sous ses accidents, existent vraiment plusieurs choses d'une manière prodigieuse et ineffable.

D'abord la chair très pure et le corps sacré du Christ, qui furent engendrés par l'opération du Saint-Esprit dans le sein de la glorieuse Vierge Marie, suspendus à la croix, déposés dans le sépulcre et glorifiés au ciel. Puisque la chair ne vit pas privée du sang, ce sang précieux, qui a coulé sur la croix heureusement pour le salut du monde, est là aussi nécessairement présent. Et comme il n'y a point d'homme véritable sans une âme raisonnable, l'âme glorieuse de Jésus-Christ, qui dépasse en grâce et en gloire toute vertu, toute gloire et toute puissance, en qui « reposent tous les trésors de la sagesse divine » (Col 2, 3), est elle-même présente. Enfin puisque le Christ est vrai homme et vrai Dieu, Dieu est là dans la gloire de sa majesté.

Ensemble et distinguées l'une de l'autre, ces quatre réalités se trouvent entières et parfaitement contenues sous les espèces du pain et du vin ; aussi bien dans le calice que dans l'hostie et non moins dans l'un que dans l'autre, si bien que rien ne manque en l'un qui doive être suppléé dans l'autre, et que tout se trouve en chacun des deux par un mystère « dont nous aurions beaucoup de choses à dire » (cf. He 5, 11). Mais il suffit de croire que chacune des espèces contient le vrai Dieu et Homme, entouré du concours des Anges et de la présence des Saints.

Saint Bonaventure (1221-1274)

franciscain, docteur de l'Église

Traité de la préparation à la Messe (Œuvres spirituelles, Tome III, Sté S. François d'Assise, 1932, pp. 250-252, rev.)

«Dieu dit : ‘Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance’» (Gn 1,26)

« Ô abîme de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses décrets sont insondables et incompréhensibles ses voies. Qui en effet a jamais connu la pensée du Seigneur ? Qui en a jamais été le conseiller ? »  Tu as compassion, Seigneur, de qui tu veux ; tu as pitié de qui tu veux. Il ne s'agit pas donc de l'homme qui veut ou qui court, mais de toi, notre Dieu, qui fais miséricorde (Rm 11,33s; 9,15s).

Voici que le vase de poterie s'échappe de la main de celui qui l'a pétri (...) ; il s'échappe de la main qui le tient et qui le porte. (...) S'il lui arrivait de tomber de ta main, malheur à lui, parce qu'il se briserait (...) en mille morceaux, se réduirait à rien. Il le sait, et par ta grâce il ne tombe pas. Aie compassion, Seigneur, aie compassion : tu nous as façonnés, et nous sommes glaise (Jr 18,6; Gn 2,7). Jusqu'ici (...) nous restons fermes, jusqu'ici la main de ta force nous porte ; nous sommes suspendus à tes trois doigts, la foi, l'espérance et la charité, par lesquelles tu soutiens la masse de la terre, la solidité de la sainte Église. Aie compassion, tiens-nous ; que ta main ne nous laisse pas tomber. Plonge nos reins et notre cœur dans le feu de ton Esprit Saint (Ps 25,2) ; consolide ce que tu as façonné en nous, afin que nous ne nous désagrégions pas et ne soyons pas réduits à notre glaise, ou à rien du tout.

Pour toi, par toi, nous avons été créés, et vers toi nous sommes tournés. Tu nous as façonnés et formés, nous le reconnaissons ; nous adorons et invoquons ta sagesse à disposer, ta bonté et ta miséricorde à conserver. Parfais-nous, toi qui nous as faits ; parfais-nous jusqu'à la plénitude de ton image et ressemblance, selon laquelle tu nous a formés.

Guillaume de Saint-Thierry (v. 1085-1148)

moine bénédictin puis cistercien

Oraisons méditatives, 1, 1-5; SC 324 (trad. J. Hourlier; Éd. du Cerf 1986; p. 41s rev.)


   "Jésus vrai homme et vrai Dieu", "les chrétiens, comme les musulmans sont monothéistes", "deux personnes une même substance"... : nous proclamons ces dogmes sans toujours imaginer les conséquences de ce que nous affirmons. L'envahissante hérésie d’Arius, l’arianisme, au IVe siècle, contraint l'Église à ciseler la formulation du Credo pour définir les rapports entre Dieu et le Fils dans la Trinité : qui est qui ? Qui fait quoi ? Qui vient de qui ? Qui est au-dessus de qui ? Bref, en qui croyons-nous ? Comme l'affirme saint Augustin : « il faut comprendre pour croire et croire pour comprendre » : profitons des débats théologiques des premiers siècles pour nous approprier la vérité de la foi !

  

LA RÈGLE DE SAINT-BENOÎT